Les cadres moyens du SAE-A reviennent de Nicaragua
Monday, 30 April 2012 23:37
Le Nouvelliste

Haïti: A peine descendus d'avion, les vingt jeunes haïtiens partis se former au pays de Daniel Ortega dans des domaines qui ont trait à l'industrie textile se sont présentés dans les jardins de Servotel, lundi soir, pour se faire prendre en photo et raconter leur expérience en terre nicaraguayenne.

Aux dires de ces formateurs de formateurs, l'expérience au Nicaragua a été éprouvante et enrichissante. Ils promettent de tout faire pour se hisser à la hauteur des attentes d'une population déjà en quête d'emplois au plus grand parc d'Haïti: le Parc industriel de Caracol.

Contents de retrouver l'alma mater, fiers de leurs nouvelles connaissances, ils ont la tête pleine de projets, d'idées. L'émotion est perceptible. « Avant notre déplacement nous avons eu des pointes d'émotion et de crainte. Au moment d'aller visiter un pays que nous ne connaissons pas, nous n'étions pas complètement tranquilles », a confié Sanon Marcellin originaire du Cap-Haïtien.

« Nous ne connaissions pas le mode de fonctionnement d'une industrie textile. Nous avons redouté des surprises. Et il y en avait réellement. Nous sommes de retour en Haïti, nous sommes prêts à former les autres qui auront à travailler au sein de l'entreprise coréenne », a-t-il encore indiqué sous le regard de ses collègues attentifs et du représentant de SAE-A Trading co, le Coréen Daniel Cho. Sanon Marcellin, qui s'est spécialisé dans le contrôle de la production, retient beaucoup de l'accueil qui était reservé à son groupe.

Les membres de la délégation ont beaucoup mis l'emphase sur l'aspect technique et linguistique de leur formation au Nicaragua. « Sans une formation de base dans les langues étrangères nous ne serions pas là aujourd'hui», a fait savoir Franklin Bélizaire, fier de nouveaux outils dont il dispose lui-même et les autres membres de la délégation qu'il représente.« C'est bien d'enseigner la physique et la chimie à l'école, mais l'apprentissage des langues vivantes nous a été d'une très grande utilité», a ajouté Franklin Bélizaire derrière ses lunettes solaires.

La grande majorité des membres de cette délégation vient du département du Nord. Le ministre du Commerce, Wilson Laleau, l'a confirmé: 19 sur 20. L'autre étudiant vient de l'Ouest. Au départ, 400 postulants ont subi des épreuves jusqu'à cette sélection. Comme pour les rassurer et les inciter à donner le meilleur d'eux-mêmes, Wilson Laleau a lancé un vibrant appel: « Nous sommes fiers de vous, et le pays compte sur vous.» Ces cadres moyens devront partager leurs connaissances avec d'autres qui auront à intégrer les rangs de l'entreprise.« La réussite du projet repose sur votre dos», a insisté le ministre du Commerce, qui clame qu'Haïti a besoin d'investissements et non de charité.

Le parc industriel de Caracol, dont les autorités haitiennes doivent annoncer sous peu la date de l'inauguration de la première phase des travaux, fait l'objet de toutes les convoitises dans le grand Nord. Les demandes d'emplois se font déjà par milliers. Comme avant le départ de cette délégation en août 2011, les espoirs du ministère du Commerce, qui a changé de titulaire, restent entiers.

 

Dieudonné Joachim

This e-mail address is being protected from spambots. You need JavaScript enabled to view it